La parole est aux femmes en STIM : Kimberly Moore - vidéo

 

Transcription descriptive

[L'arrière-plan bleu est traversé par 2 lignes blanches qui se terminent par 2 cercles, le premier (à gauche) est rouge, le second (à droite) est blanc.]

[Dans le cercle rouge (le premier) est affiché du texte animé, « au-delà des défis », puis dans le cercle blanc (le second) chaque lettre s'estompe pour afficher « de grandes perspectives… » alors que l'arrière-plan bleu clignote. Fondu.]

[Kimberly Moore est assise devant un arrière-plan blanc et s'adresse directement à la caméra.]

Kimberly Moore: Au début de la pandémie, la demande d'équipement de protection s'étendait à l'échelle mondiale.

[Texte à l'écran : Kimberly Moore, Agente technique, Radiochimie]

Kimberly Moore:

Les fabricants faisaient de leur mieux pour y répondre, mais il était capital pour le Canada d'avoir une garantie que l'équipement qu'il achetait pour le personnel de première ligne et ses citoyens était efficace. Le CNRC a répondu à l'appel en mettant sur pied une équipe pour tester les masques, établir une norme d'essai et s'assurer que les masques respectaient cette norme.

Les essais que nous effectuons servent à mesurer la résistance des matériaux pour s'assurer de la respirabilité des masques et de leur pouvoir de filtration. Nous utilisons une solution saline pour simuler la vapeur d'eau qui s'échappe de la bouche et voir si le masque parvient à bloquer 95 % des microgouttelettes.

Je suis technologue en radiochimie au CNRC et je travaille habituellement sur les isotopes utilisés pour le traitement du cancer et à des fins de sécurité et de protection. Je me suis portée volontaire pour joindre l'équipe qui teste l'efficacité des masques.

[Texte à l'écran :]

[La musique s'arrête]

[Conseil national de recherches du Canada]

[Mot-symbole "Canada"]