La parole est aux femmes en STIM : Catherine Proulx - vidéo

 

Transcription descriptive

[L'arrière-plan bleu est traversé par 2 lignes blanches qui se terminent par 2 cercles, le premier (à gauche) est rouge, le second (à droite) est blanc.]

[Dans le cercle rouge (le premier) est affiché du texte animé, « au delà des défis », puis dans le cercle blanc (le second) chaque lettre s'estompe pour afficher « de grandes perspectives… » alors que l'arrière-plan bleu clignote. Fondu.]

[Catherine Proulx est debout devant un arrière-plan blanc et s'adresse directement à la caméra.]

Catherine Proulx: Des fois, c'est un peu difficile de convaincre les gens, que de travailler dans le domaine de la santé mentale c'est de la vraie science, de la vraie recherche. Depuis le début de la pandémie, je n'ai plus besoin de convaincre personne que la santé mentale, c'est prioritaire pour les Canadiens et Canadiennes.

[Texte à l'écran : Catherine Proulx,  Agente de recherche, Simulation en santé numérique ]

Je faisais déjà de la recherche sur l'utilisation des jeux vidéo en santé mentale, mais notre gros défi, c'était de sortir cette recherche-là des laboratoires, puis de voir comment, de façon très, très rapide, on pouvait déployer ces connaissances.

Mon principal projet en ce moment, c'est de développer une application de santé mentale sur mobile. L'objectif c'est vraiment d'outiller les gens à bâtir de bonnes habitudes de santé mentale, puis d'aller chercher des connaissances sur la santé mentale pour pouvoir prendre leur santé en main de façon personnelle.

Moi, j'ai eu la chance au moment où les écoles ont fermé au mois de mars, mon mari qui est consultant était entre 2 contrats, donc il a pu prendre toute la charge familiale pendant que moi, justement, je faisais cet effort de repivotement et puis de planification. Si je n'avais pas eu ça, ça n'aurait pas été possible.

Catherine Proulx:

[Texte à l'écran :]

[La musique s'arrête]

[Conseil national de recherches du Canada]

[Mot-symbole "Canasda"]