Consultez quelques-uns de nos projets de recherche qui ont connu du succès et voyez comment notre travail contribue au succès de nos clients et de nos partenaires.

 

""

- St. John's, Terre-Neuve-et-Labrador

Centre de recherche et programme : Génie océanique, côtier et fluvial
Industrie : Marin
Après avoir franchi l'Atlantique afin de rejoindre la flotte de la Marine royale canadienne, quatre sous-marins de patrouille à long rayon d'action de la Royal Navy britannique ont été rebaptisés NCSM Victoria, Windsor, Chicoutimi et Corner Brook. Depuis, ces bâtiments de classe Victoria ont été dotés de nouveaux systèmes, indispensables à leur navigation. De plus, ils seront munis d'un système de commande à pilotage automatique à la fine pointe de la technologie, conçu et développé au Canada.
""

- Shippagan Gully, Nouveau-Brunswick

Centre de recherche et programme : Génie océanique, côtier et fluvial
Sachant l'importance du goulet de Shippagan pour l'économie, le ministère des Pêches et des Océans (MPO) a lancé un projet visant à établir la meilleure façon d'améliorer les conditions de navigation dans le chenal. Avant d'entamer la construction de la moindre infrastructure cependant, il tenait à évaluer les répercussions des nouveaux ouvrages sur la houle et les courants. Cherchant de l'aide, le ministère s'est tourné vers les ingénieurs de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC), les chercheurs de l'Université d'Ottawa et les spécialistes du Conseil national de recherches du Canada (CNRC).
""

- Winnipeg, Manitoba

Centre de recherche et programme : Génie océanique, côtier et fluvial
Une des étendues d’eau les plus vulnérables du Canada est le bassin hydrographique des rivières Rouge et Assiniboine, où les crues printanières et les orages entraînent le déversement d’innombrables polluants agricoles dans le lac Winnipeg, la plus importante réserve d’eau douce de la région. Le ruissellement des éléments nutritifs qui en résulte agit à la manière d’un engrais qu’on épand, nourrissant les algues microscopiques, qui prolifèrent rapidement et épuisent l’oxygène dans l’eau, rendant celle-ci toxique et accroissant les risques d’intoxication pour les poissons, la faune et l’être humain.