Srinivasa Sourirajan, Ph. D.

 

- Ottawa, Ontario

M. Srinivasa Sourirajan, PH. D.

M. Srinivasa Sourirajan, reconnu comme le père de l'osmose inverse, a réalisé de nombreuses percées dans le domaine de l'énergie propre. Ancien chercheur du Conseil national de recherches du Canada (CNRC), où il a travaillé durant de nombreuses années, M. Sourirajan s'est éteint paisiblement le 20 février 2022 à l'âge de 98 ans.

Chimiste originaire de l'Inde, M. Sourirajan s'est installé à Ottawa et s'est joint au CNRC en 1961. Dès les années 1960, il réalisait une percée majeure dans le domaine de l'accès des humains à l'eau potable, faisant du CNRC le centre mondial de la recherche sur les membranes et attirant les meilleurs scientifiques du monde entier. Pionnier dans la conception de membranes, il a collaboré avec Sidney Loeb, ingénieur chimiste de la Californie, pour rendre possible l'usage commercial de l'osmose inverse (OI). La technique Loeb–Sourirajan de purification de l'eau force de larges volumes d'eau à traverser sous pression des membranes asymétriques semi-perméables d'acétate de cellulose – un plastique naturel.

Pendant 25 ans, M. Sourirajan a travaillé sur l'osmose inverse et l'ultrafiltration, inspirant la mise au point de nombreuses utilisations commerciales et industrielles pour diverses multinationales. Des milliers d'installations de purification d'eau et de transformation alimentaire par osmose inverse s'appuient encore aujourd'hui sur la technique d'OI Loeb-Sourirajan. Les membranes sont aussi utilisées dans diverses applications environnementales et médicales, telles que les filtres de dialyse.

Après sa retraite, en 1986, M. Sourirajan s'est joint à l'Université d'Ottawa à titre de directeur de l'Industrial Membrane Research Institute. En 1991, il s'installait à Singapour pour créer un laboratoire de recherche sur les membranes à l'Université nationale de Singapour.

Srinivasa Sourirajan, scientifique influent, a mis au point de nouvelles approches scientifiques pour résoudre certains des défis sociaux les plus urgents de la planète. Il a facilité l'accès équitable à l'eau potable et aux aliments dans l'ensemble du monde, créé des innovations en soins de santé et en médecine et réalisé diverses avancées scientifiques dans le domaine de l'énergie propre. Il a été nommé trois fois finaliste au prix Nobel de chimie et a reçu de nombreux prix et hommages. Son héritage scientifique inclut en outre ses contributions à la création de nouvelles méthodologies et techniques de recherche ayant permis la production de données révolutionnaires en géophysique, le développement de l'essence sans plomb pour lutter contre le problème croissant du smog et, son legs le plus important, l'invention d'une technique moderne d'osmose inverse à l'aide d'un polymère d'acétate de cellulose mise au point en collaboration avec Sidney Loeb.

Lorsqu'il résidait à Ottawa, outre les nombreuses heures consacrées à son travail, M. Sourirajan a aussi activement contribué à l'épanouissement de la communauté indienne de la ville.