Prise de risques « mesurés » : La percée d’Opsens dans l’industrie médicale

Suivez le CNRC

 

- Quebec, Québec

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de gens meurent chaque année d'une maladie cardiovasculaire que de toute autre cause.

C'est pourquoi l'innovation dans la technologie médicale, et tout particulièrement dans le domaine de la cardiologie interventionnelle est primordiale.

En général, lorsqu'un patient subit une occlusion artérielle autour ou près du cœur, le médecin dispose de trois options de traitement : la médication, le pontage coronarien ou la pose de tuteurs.

Les tuteurs sont couramment utilisés, mais ils ne sont pas sans inconvénient. S'ils sont installés sans que cela soit véritablement nécessaire, ils peuvent accroître le risque que le patient soit victime d'un accident cardiovasculaire grave et même mortel comme un AVC ou un infarctus.

C'est ici qu'Opsens et sa technologie de mesure novatrice entrent en scène.

Optimisation des résultats pour les patients souffrant de problèmes cardiaques

""

OptoWire est un minuscule fil guide de la dimension d'un cheveu qui permet de mesurer la pression et le débit sanguins dans une artère coronarienne avant et après une occlusion.

Fondée en 2004, Opsens a toujours joui d'une réputation d'expert dans les technologies de capteurs.

Les produits de l'entreprise ont d'abord été utilisés dans le secteur pétrolier et gazier ainsi que dans certains procédés industriels, puis par des fabricants d'appareils médicaux conçus pour mesurer la température, la pression et les déplacements.

Toutefois, en 2009, Opsens a décidé d'étendre ses activités au sein de l'industrie médicale mondiale, et plus particulièrement dans la mesure de la réserve de débit fractionnaire (Fractional Flow Reserve [FFR]), afin de répondre aux besoins des cardiologues et de leur offrir des instruments de mesure de pointe pour documenter leur travail et évaluer leurs patients.

Autrement dit, l'OptoWire d'Opsens est un fil guide à base de fibre optique qui sert à mesurer la pression et le débit sanguins autour de l'occlusion. Les renseignements fournis par l'OptoWire aident le médecin à déterminer si la pose d'un tuteur est une solution appropriée pour résoudre les problèmes de circulation sanguine du patient.

« Notre technologie mesure la pression sanguine dans les artères coronariennes, ce qui aide les cardiologues à poser un diagnostic et à optimiser le traitement de tous les types de lésions, explique Marie-Claude Poitras, responsable des communications d'Opsens. Il est alors possible de mesurer la pression sanguine pendant l'examen symptomatologique, puis de placer un tuteur sur l'OptoWire pour régler les problèmes de circulation et éventuellement améliorer les résultats cliniques pour le patient. »
Avant l'arrivée d'Opsens, les hôpitaux utilisaient des fils guides électriques pour mesurer la pression sanguine; cette technologie n'était cependant pas toujours fiable et occasionnait souvent des frustrations pour les médecins.

« Les fils guides électriques subissent souvent des perturbations causées par le sang, ce qui entraîne une perte de connexion et une incapacité à recevoir des mesures exactes pendant une procédure médicale », ajoute Mme Poitras.

Aujourd'hui, l'OptoWire d'Opsens est synonyme de l'évolution des technologies de mesure dans le domaine de la cardiologie interventionnelle à l'échelle internationale.

Évolution du modèle opérationnel

""

Louis Laflamme, Président et chef de la direction, Opsens

La plupart des succès récents d'Opsens tiennent à une importante décision d'affaires prise en 2009, en partie grâce au soutien du Programme d'aide à la recherche industrielle (PARI) du Conseil national de recherches du Canada (CNRC).

Initialement, la technologie de mesure d'Opsens était utilisée par des fabricants d'équipement d'origine (FEO) de l'industrie internationale des appareils médicaux.

Mais Opsens voyait plus grand.

« Nous voulions faire fond sur le succès de notre technologie, et nous étions d'avis que nous pouvions faire bien plus que vendre des capteurs à des entreprises qui fabriquent des appareils médicaux, mentionne Louis Laflamme, chef de la direction d'Opsens. Nous souhaitions devenir un fabricant de matériel médical technologique à part entière. »

Cela dit, Opsens a dû prendre plusieurs risques techniques et commerciaux pour mettre au point ses capteurs. L'entreprise a demandé le soutien du PARI CNRC afin de réussir cette transition d'envergure.

Un risque qui en vaut la peine

Le PARI CNRC a fourni de l'aide financière à Opsens et, grâce à Paul-Émile Fournier, conseiller en technologie industrielle, l'entreprise a pu profiter de conseils stratégiques, d'expertise technique et de possibilités de réseautage avec des intervenants clés de l'industrie.

« Le PARI CNRC nous a vraiment aidés à effectuer une percée dans ce secteur technologique. Nous avons pu bâtir notre expertise dans le développement d'appareils médicaux et, dans l'avenir, cette expertise nous servira de tremplin pour lancer de nouveaux projets. »

Louis Laflamme, Président et chef de la direction, Opsens

« Notre nouveau modèle opérationnel, qui a été établi avec le soutien du PARI CNRC, a grandement contribué à accroître la valeur d'Opsens, indique M. Laflamme. Auparavant, nous vendions nos produits à d'autres entreprises; maintenant, nous faisons directement affaire avec les hôpitaux et les laboratoires de cathétérisme » L'an dernier seulement, Opsens a engrangé des revenus de plus de 14 millions de dollars en vendant ses produits de mesure de la FFR à plus de 500 hôpitaux, ce qui équivaut à environ les deux tiers du chiffre d'affaires total de l'entreprise.

Opsens met actuellement d'autres produits au point dans le but d'aider les cardiologues à mesurer l'efficacité de leur travail et à améliorer les résultats cliniques de leurs patients.

Contactez-nous

Relations avec les médias, Conseil national de recherches du Canada
1-855-282-1637 (sans frais, au Canada seulement)
1-613-991-1431 (ailleurs en Amérique du Nord)
001-613-991-1431 (à l'étranger)
media@nrc-cnrc.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CNRC_NRC