Conception et fabrication : une histoire de criminalistique

 

- Ottawa, Ontario

4 crânes ayant été balayés sont prêts à être imprimés

4 crânes ayant été balayés sont prêts à être imprimés.

Paramètres : La GRC avait besoin de créer un modèle en 3D de 15 crânes à partir de restes masculins non identifiés, trouvés entre 1979 et 2019. Elle a ensuite demandé l'aide d'étudiants de la New York Academy of Arts pour recréer les traits, puis celle du public pour identifier les individus.

Échéancier  : Un mois.

Résumé du travail  : Un expert de la conception et de la fabrication du CNRC s'est rendu à Vancouver pour la phase de balayage des quatre crânes. Les données étaient transmises au fur et à mesure à l'équipe à Ottawa, qui préparait ensuite l'impression en 3D. La phase de balayage n'a duré que quelques jours.

Les crânes imprimés en 3D

Les crânes imprimés en 3D.

L'imprimante de frittage sélectif par laser du CNRC produisait quatre crânes à la fois et a répété l'opération cinq fois, chacune prenant environ 35 heures.

La dernière étape consistait à nettoyer les crânes imprimés et à construire de petits supports personnalisés, ce qui n'était pas une mince affaire! Tous les dossiers de balayage et les crânes imprimés en 3D se sont vu attribuer le numéro de série fourni par le coroner.

Les crânes imprimés prêts à être sortis de l'imprimante

Les crânes imprimés prêts à être sortis de l'imprimante.

Défis  : Les Services de conception et de fabrication du CNRC n'avaient jamais balayé ni imprimé d'objets biologiques — et encore moins de restes humains — auparavant. L'état des crânes présentait également son lot de difficultés. Certains avaient été endommagés par les éléments, tandis que d'autres n'étaient pas complets parce que les médecins légistes avaient prélevé, à l'autopsie, des morceaux pour analyse.

Pour effectuer le balayage, l'équipe a dû faire preuve de créativité pour s'assurer que tous les morceaux pouvaient être captés et reconstitués correctement par la suite, y compris les dents qui avaient tendance à se détacher des mâchoires lorsque les crânes étaient manipulés.

Nettoyage d'un crâne imprimé en 3D

Nettoyage d'un crâne imprimé en 3D.

Occasion  : Alors que l'industrie se spécialise généralement dans un seul domaine : le balayage laser, l'impression 3D ou la réalité virtuelle/augmentée, les SCF du CNRC offrent tout cela et ils ont l'habitude de travailler sur des projets très risqués ou complexes dans lesquels l'industrie hésite à s'investir. Heureusement, ils peuvent compter sur des experts aux compétences diverses capables de s'adapter à différents environnements de travail, y compris des projets classifiés comme celui-ci.

Le secret de la réussite  : Chaque membre de l'équipe a apporté à ce projet complexe ses forces et son expertise afin d'en assurer le succès. L'une des 15 victimes a été identifiée dans la semaine qui a suivi la fin du projet. Nous espérons que ce projet contribuera à l'identification de certains des restes et permettra aux familles de tourner la page.

« Vous n'avez pas idée à quel point je salue votre volonté de nous aider... Vous avez changé les choses... nous contribuons à redonner une identité à ces victimes! »

Joe Mullins, spécialiste de l'imagerie médico-légale et professeur à l'Académie des Arts de New York.

Plus d'information sur la page du projet de la GRC.

Contactez-nous

Marylin Bélanger, Chef, relation avec les clients
Téléphone : 450-641-5135
Courriel : Marylin.Belanger@nrc-cnrc.gc.ca