Un assistant numérique pour aider les travailleurs de la santé surmenés à trouver un sommeil réparateur

 

- Montreal, Québec

""

L'année de pandémie que nous venons de traverser a pesé lourd sur la santé mentale des Canadiens, en particulier sur celle des travailleurs de première ligne du milieu de la santé. En raison des charges de travail qui ont redoublé et du stress qui a poussé l'aiguille en zone rouge, le manque de sommeil réparateur a affligé un grand nombre de travailleurs. Privé de repos, le personnel de la santé risque non seulement le surmenage et les problèmes de santé, mais ses capacités de décision et ses réflexes professionnels se détériorent. La fatigue et la perte de concentration qui en découle les prédisposent à des erreurs qui peuvent causer des incidents et mettre en danger les autres travailleurs et les patients.

Il existe bien sûr des outils numériques de monitorage du sommeil sur le marché, mais aucun n'a été conçu spécifiquement pour les travailleurs de la santé de première ligne. En février 2021, le programme Défi en réponse à la pandémie du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a établi qu'il fallait trouver des solutions pour aider les travailleurs de première ligne qui souffrent de troubles du sommeil. Protéger la santé mentale des travailleurs de la santé est essentiel, car leur déficit de sommeil les rend très vulnérables à la dépression et à d'autres troubles de santé mentale. Les chercheurs de l'équipe de Simulation et santé numérique du Centre de recherche sur les dispositifs médicaux du CNRC travaillent sur le développement d'un assistant numérique en collaboration avec le Centre de recherche Douglas pour surveiller la fatigue et la qualité du sommeil des travailleurs de première ligne, et préserver ainsi leur bien‑être dans des circonstances exceptionnelles, comme la pandémie actuelle de COVID‑19.

Cet outil interactif numérique servira avant tout à protéger la santé mentale du personnel de soins de première ligne durant la pandémie et par la suite, en favorisant un sommeil réparateur et une bonne gestion de la fatigue. La ligne directrice du développement de cet outil est la compréhension des défis que vivent ces professionnels.

Pour renouer avec les bras de Morphée

Comme les travailleurs de première ligne n'ont pas une minute de libre ou presque, l'équipe de projet avait compris que l'outil qu'elle développait devait être simple et facile à utiliser partout.

« Notre outil proposera des solutions aux travailleurs de première ligne pour les aider à mieux vivre avec la fatigue et à abaisser leur niveau de stress et d'anxiété. Une des solutions sera de favoriser un sommeil de qualité et de gérer la fatigue pour les aider à demeurer productifs et à ne pas s'exposer indûment aux risques dans un environnement de travail exigeant », explique Stéphanie Grenier, agente de recherche de l'équipe Simulation et santé numérique. « Il faut consulter les travailleurs de la santé pour comprendre leurs besoins, leur vécu et leurs préférences, et en tenir compte ensuite dans la conception de notre outil. »

L'équipe a consultera donc quelque 1 500 travailleurs de la santé pour connaître les répercussions de la pandémie sur leurs conditions de travail, leurs habitudes de sommeil et leur état de santé général, dans le but de comprendre les difficultés qu'ils vivent. Le Centre de recherche Douglas s'est associé au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Ouest‑de‑l'Île‑de‑Montréal pour sonder la clientèle cible. L'étude mesurera également l'intérêt pour un outil numérique pouvant faciliter la gestion du sommeil et de la fatigue.

L'équipe concevra ensuite un prototype qui sera testé auprès d'un groupe d'utilisateurs pour connaître leurs impressions de l'utilisation en situation réelle et servir de validation de principe pour les futurs utilisateurs.

Pour ne plus en perdre le sommeil

« Au fil des ans, notre équipe a acquis une solide compétence en santé numérique. Nous continuons de créer des logiciels en faisant appel aux technologies les plus récentes d'apprentissage, d'évaluation et de soins », mentionne Patricia Debergue, chef de section au sein de l'équipe de Simulation et santé numérique. « À travers notre collaboration avec la Dre Diane Boivin et le Centre de recherche Douglas, nous ambitionnons de développer une gamme d'outils numériques reposant sur des fondements scientifiques et facilement accessibles. »

La Dre Boivin est professeure de psychiatrie à l'Université McGill et directrice du Centre d'études et de traitement des rythmes circadiens de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas, affilié au CIUSSS de l'Ouest‑de‑l'Île. « La situation actuelle est difficile, car le travail est tellement exigeant durant la pandémie que les travailleurs de la santé ne peuvent pratiquement pas trouver un point d'équilibre entre les besoins du travail et leurs besoins personnels. »

La Dre Boivin dirigera le projet scientifique en collaboration avec ses collègues, les professeurs Michel Perreault et Manuela Ferrari, et les adjoints de recherche Philippe Boudreau et Niamh Power. « Nous avons une longue expérience de la gestion de la fatigue au travail, qui s'étend à plusieurs secteurs comme les transports, les mines, la santé et les services d'urgence. Nous pensons pouvoir transposer nos connaissances dans un outil numérique interactif, spécialement conçu pour les travailleurs de la santé, afin de les aider à faire des choix optimaux dans leurs habitudes de sommeil, malgré leur horaire de travail exigeant et souvent irrégulier », ajoute‑t‑elle.

L'objectif ultime du projet est de concevoir un outil utile pour tous les travailleurs de la santé du pays, qui pourra aussi être utilisé pour aider les équipes de soins partout au Canada à traverser la pandémie et d'autres crises sans y laisser leur santé. Cet outil pourrait également servir aux activités quotidiennes, puisque ces travailleurs ont habituellement des horaires atypiques qui peuvent nuire à la qualité de leur sommeil. Les résultats du sondage seront publiés pour aider les scientifiques et les décideurs publics à mieux comprendre le problème. Ils aideront également le système de santé à établir ses priorités et ses niveaux de ressources pour accroître le mieux‑être des travailleurs de première ligne. L'assistant numérique pourra aussi être offert au grand public par une entreprise canadienne. Au bout du compte, si les travailleurs de la santé de première ligne peuvent avoir un sommeil réparateur, nous pourrons tous mieux dormir.

Contactez-nous

Relations avec les médias, Conseil national de recherches du Canada
1‑855‑282‑1637 (sans frais, au Canada seulement)
1‑613‑991‑1431 (ailleurs en Amérique du Nord)
001‑613‑991‑1431 (à l'étranger)
media@nrc-cnrc.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CNRC_NRC