Notes supplémentaires

 
  1. Les capacités d'étalonnage du laboratoire sont traçables au Système international d'unités (SI) par l'intermédiaire d'une chaîne ininterrompue et documentée d'étalonnages dont chacun contribue à l'incertitude de mesure.
  2. Le CLAS classifie les capacités d'étalonnage de ces laboratoires selon les types suivants :
    • Type I : Une capacité dont le but premier est l'étalonnage et le réglage des appareils d'essai, de mesure et de diagnostic destinés aux essais, à la fabrication, à l'entretien, etc., de produits. Un laboratoire ayant ce type de capacité possède les étalons de travail et les systèmes d'étalonnage appropriés pour réaliser un étalonnage selon les caractéristiques et les tolérances écrites du fabricant, ou en utilisant des rapports d'incertitude d'essai appropriés. Un laboratoire ayant ce type de capacité habituellement rapporte une valeur de mesurage et indique si l'équipement d'essai est conforme à une spécification, à une tolérance, ou à une norme écrite. Il fondera, habituellement, ses capacités sur les caractéristiques et sur les tolérances des étalons de travail étant employés. Un laboratoire ayant ce type de capacité dispose habituellement des moyens de surveiller ses étalons de travail entre leurs étalonnages et possède les environnements appropriés. Un laboratoire ayant ce type de capacité est souvent qualifié de laboratoire d'étalonnage d'appareils d'essai.
    • Type II : Une capacité dont le but premier est l'étalonnage et le réglage des appareils d'essai, de mesure et de diagnostic destinés aux essais, à la fabrication, à l'entretien, etc., de produits. Un laboratoire ayant ce type de capacité possède les étalons de travail et les systèmes d'étalonnage appropriés pour réaliser un étalonnage selon les caractéristiques et les tolérances écrites du fabricant, ou en utilisant des rapports d'incertitude d'essai appropriés. Un laboratoire ayant ce type de capacité habituellement rapporte une valeur de mesurage et indique si l'équipement d'essai est conforme à une spécification, à une tolérance, ou à une norme écrite. Il fondera, habituellement, ses capacités sur les caractéristiques et sur les tolérances des étalons de travail étant employés. Un laboratoire ayant ce type de capacité dispose habituellement des moyens de surveiller ses étalons de travail entre leurs étalonnages et possède les environnements appropriés. Un laboratoire ayant ce type de capacité est souvent qualifié de laboratoire d'étalonnage d'appareils d'essai.
    • Type III : Une capacité d'étalonnage, dans un laboratoire, mobile ou fixe, disposant des étalons de référence ou de travail appropriés, dont le but premier est d'offrir un service de référence. Un laboratoire ayant ce type de capacité dispose habituellement d'un minimum de moyens de surveiller son système d'étalonnage. Il se fie principalement aux valeurs attribuées à ses étalons par des laboratoires d'échelon supérieur et utilise ces valeurs, en tenant compte de peu d'autres facteurs, pour attribuer des valeurs ou vérifier la conformité d'appareils étalonnés selon les spécifications et les tolérances, ou les normes écrites. Il pourrait s'agir d'un service sur place, sujet à une vaste gamme de facteurs environnementaux qui échappent au contrôle direct du laboratoire.
  3. Le « rendement métrologique d'étalonnage » inclut l'incertitude associée à l'étalonnage des étalons de référence ou de transfert du laboratoire accrédité par le CNRC ou autre laboratoire acceptable au CLAS, incertitudes causées par le transport de l'étalon de référence du CNRC (ou autres laboratoires) au laboratoire accrédité, incertitudes du procédé d'étalonnage dans le laboratoire accrédité et incertitudes causées par le comportement d'un appareil de mesure typique durant son étalonnage. Ces incertitudes comprennent des composantes qui peuvent avoir été évaluées par une analyse statistique d'une série de mesurages répétés et qui peuvent être caractérisés par des écarts-type expérimentaux. Les autres composantes, qui peuvent aussi être caractérisées par des écarts-type, sont évaluées d'après des distributions de probabilité présumées basées sur l'expérience ou autres renseignements. Ces composantes ont été combinées pour produire une incertitude élargie U = kuc. Le terme U est établi d'après l'incertitude-type combinée uc et un facteur d'élargissement k = 2. Puisque la distribution de la probabilité caractérisée par la valeur rapportée et uc peut être présumée approximativement normale, on peut affirmer que la valeur d'un appareil étalonné se situ dans l'intervalle représenté par l'incertitude élargie U avec un niveau de confiance d'environ 95 pour-cent. L'incertitude donnée n'inclut pas les effets possibles sur l'appareil étalonné du transport, de la stabilité à long terme et de l'utilisation prévue.
  4. L'incertitude d'un étalonnage particulier par un laboratoire accrédité peut être plus grande que leur « rendement métrologique d'étalonnage » parce qu'elle va comprendre des incertitudes causées par la condition et le comportement réel de l'appareil du client pendant son étalonnage.
  5. L'accréditation est la reconnaissance officielle de capacités d'étalonnage spécifiques. Ni le CNRC, ni le CCN, ne peuvent garantir l'exactitude d'étalonnages individuels effectués par des organisations accréditées.
  6. Lorsque la grandeur mesurée comprend une plage et que l'incertitude comprend également une plage, la première valeur de la plage de la grandeur mesurée correspond à la première valeur de la plage d'incertitude. Il en est de même pour la deuxième valeur de la plage de la grandeur mesurée et de la plage de l'incertitude. On peut supposer que l'incertitude est une fonction linéaire de la grandeur mesurée.
  7. Lorsque la colonne des remarques dirige le lecteur vers une annexe, l'incertitude indiquée dans le corps de la portée n'est pas une fonction linéaire de la grandeur mesurée. Les incertitudes indiquées sont les incertitudes minimales et maximales dans l'ensemble de la plage. Le lecteur devrait consulter l'annexe pour ses besoins particuliers.